QUI CONSULTER ? -  Forum bien-être  - Index du Forum

QUI CONSULTER ? - Forum bien-être -
thérapie rapide voyance coaching parapsychologie psychologie interactive magnétiseur ; quelles alternatives efficaces et moins coûteuses qu'une thérapie longue. Prise de conscience des schémas bloquants. Se libérer des freins psychologiques et scénarios

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

MES FICHES PSYCHO
Aller à la page: 1, 2, 3, 4  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    QUI CONSULTER ? - Forum bien-être - Index du Forum -> voyance, thérapies, psychologie, que choisir ? -> CLIQUEZ ICI =>
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Iris


Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2014
Messages: 131
Localisation: Montpellier

MessagePosté le: Dim 2 Nov - 01:36 (2014)    Sujet du message: MES FICHES PSYCHO Répondre en citant

Hello chers tous, 


Au fil des mois, j' ai réecris, condensé, remanié.. pas mal de sujets psycho. 


Ces documents prennent la poussière depuis tout ce temps dans mon ordi. 


Si les modérateurs du site n' y voyent pas d' inconvénient, je distillerais quelques unes de mes fiches sur ce sujet.


Commentaires bienvenus .


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 2 Nov - 01:36 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Iris


Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2014
Messages: 131
Localisation: Montpellier

MessagePosté le: Dim 2 Nov - 01:39 (2014)    Sujet du message: MES FICHES PSYCHO Répondre en citant

Une de mes techniques préférées : la flêche descendante .
Arrow


Si vous allez sur Wikipédia, la technique de la ‘flèche descendante’ est décrite comme une méthode thérapeutique issue des thérapies cognitives comportementales ( TCC) d’ exploitation des scénarii construits par le patient autour de situations qu’il évite ou qu’il redoute.
En bref et comme JE l’ ai compris, on amène quelqu’un au bout de son scénario catastrophe, pour parfois en démontrer son improbabilité, afin de surmonter sa peur.
Pourquoi l’ envie d’ en parler ici et maintenant ? tout simplement parce que j’ ai éprouvé mon approche sur la question, sur un collègue de travail que je sais stressé de nature. L’ envie de l’ aider et de le soulager était toutefois associée à l’ envie, moins noble certes, d’ étancher ma curiosité en vérifiant si ça marchait, et si j’ étais, en bonne profane et newbie de la psycho, capable de me servir de cet outil.
L’histoire : Eric arrive 13 minutes en retard, m’explique qu’il a pris de gros risques sur la route, et qu’il va se mettre tout de suite au travail. Je suis une des supérieures de cette personne, sans être de celles qui sanctionnent pour un rien. Je lui demande donc pourquoi il a pris de tels risques pour ‘gratter’ quelques minutes, alors que déjà en retard… Il me fixe comme une poule qui a trouvé un couteau ; « ben en général, quand tu es en retard, ça se passe mal, et je n’ ai pas besoin de ça en ce moment ».
Bon. Nous ne sommes pas confrontés ici à un cas grave, donc, je m’y essaie ( je ne me substituerais pas à un professionnel de toutes façons ). Pour que mon déroulement s’ enchaine comme je le veux, je me fais même MA dramatisation spontanée de ma ‘simulation’ de retard ; « Je vais être en retard, donc, je m’ expose à un avertissement, ce dernier pouvant se transformer en blâme, qui aboutit souvent à un licenciement, et, du fait du marché du travail actuel, je ne retrouverais probablement pas d’ emploi, mes revenus ne seront plus assurés très longtemps, et de là, il n’ y à qu’un pas à ce que je me retrouve SDF, et même si j’ échappe aux dangers de la rue et que j’ arrive à m’ alimenter, je mourrais probablement de froid tôt ou tard si je m’ endors ivre dans la rue… »
Je formule à ce moment mon’ raccourci’ à Eric ; « rends toi compte, si j’ arrive dix minutes en retard, je mourrais inéluctablement de froid ». Je renchéris avec un ;  « mais au moins, il y à peu de chances que je sois en retard à mes propres obsèques ».
Réaction amusée d’ Eric, qui comprend  toutefois où je veux en venir et me le verbalise.
Le sujet évoqué ici était ‘léger’ aussi me suis autorisée à lui parler comme je l’ai fait. Je suppose que pour des cas plus ‘lourds’, même un thérapeute ne puisse pas toujours  ‘ remonter’ avec son patient. Le but étant, comme dans une piscine, de prendre appui au fond pour remonter. Si le fond est à Cent mètres, on ne s’y amuse pas. Le professionnel préférera sûrement à ce principe d’ exploration, de rassurantes visualisations ou programmations positives, mais à titre personnel, quand on peut désamorcer une dramatisation spontanée en faisant apparaitre le côté absurde que parfois la technique de la ‘flèche descendante’ fait remonter à la surface, pourquoi se priver …
Même pas peur…         


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Oct 2014
Messages: 163

MessagePosté le: Dim 2 Nov - 01:43 (2014)    Sujet du message: MES FICHES PSYCHO Répondre en citant

Iris a écrit:


Si les modérateurs du site n' y voyent pas d' inconvénient, je distillerais quelques unes de mes fiches sur ce sujet.


.


Distillation accordée  Wink


Revenir en haut
Iris


Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2014
Messages: 131
Localisation: Montpellier

MessagePosté le: Dim 2 Nov - 02:10 (2014)    Sujet du message: MES FICHES PSYCHO Répondre en citant

Ok  !!! la technique du' pied dans la porte ' à fonctionné :   J' enchaine avec Les 3 couches émotionnelles : 


Nos Trois couches émotionnelles
Sonia, 25 ans, laisse ses parents décider de tout pour elle. Ce sont eux qui ont fait le choix de sa scolarité. Ils s’immiscent régulièrement dans sa vie privée. Ils ont choisi à sa place le nouvel appartement de Sonia, et leur avis plus qu’orienté le choix de son conjoint.
Sonia aime ses parents, mais souvent elle aimerait qu’ils la laissent vivre un peu. Elle souhaiterait plus de libre arbitre. Pourtant elle ne leur a jamais rien dit et accepte toujours leurs décisions, tant que faire se peut
Nous voyons bien ici que les émotions ressenties pas Sonia ne sont pas en accord avec celles qu’elle affiche auprès de ses parents.
Sonia pense qu’en acceptant les choix de ses parents sans broncher, elle aura la paix. Elle se trompe. Car plus elle acceptera leurs décisions sans émettre d’objections, plus ils se mêleront de sa vie privée. Donc moins elle aura la paix.
Ce que Sonia pourrait faire pour s’affirmer, c’est commencer par comprendre les différentes émotions qui vivent en elle.
Sonia, comme nous tous, subit trois strates d’émotions : l’émotion primaire, l’émotion factice et l’émotion originelle.
L’émotion primaire
L’émotion primaire, c’est l’émotion que nous ressentons en premier lieu. Il peut s’agir d’une émotion dirigée vers l’autre, ou vers nous-même. Parfois les deux.
Dans le cas de Sonia, il s’agit de la colère. Elle est en colère après ses parents, parce qu’ils ne la laissent pas décider seule de sa vie. Elle est en colère après elle-même car elle n’arrive pas à dire non à ses parents.
L’émotion factice
L’émotion factice, c’est l’émotion visible, celle que nous laissons paraître. C’est donc celle que l’autre va voir et interpréter. Quand nous ne nous affirmons pas, cette émotion induit une erreur de jugement de la part de notre interlocuteur.
Les parents de Sonia  pensent que leur fille adorée est heureuse (émotion factice) des choix qu’ils font pour elle. Car Sonia les remercie avec le sourire quand ils lui apportent cette aide.
L’émotion originelle
L’émotion originelle, c’est notre émotion authentique, celle que nous gardons cachée au fond de nous.
Au fond d’elle, Sonia ressent un mélange de tristesse et de peur. Elle est triste de ne pas réussir à affirmer ses limites. Et elle a peur d’ affronter ses parents .Cependant,  si elle prenait vraiment conscience de cette peur, elle pourrait commencer à réagir. Elle saurait alors que ce qui lui manque, c’est un peu de courage et de savoir faire. Il lui suffirait d’exprimer à ses parents ce qu’elle ressent au fond d’elle : cette tristesse que ses parents ne voient absolument pas.
En effet, si nous voulons nous affirmer, c’est notre émotion originelle que nous devons exprimer. Car c’est la plus représentative de nous.
Exprimer notre émotion originelle permet de nous soulager, de réduire les tensions, et de mieux faire comprendre notre position


Revenir en haut
Antonia


Hors ligne

Inscrit le: 24 Oct 2014
Messages: 108
Localisation: Ubiquité-city

MessagePosté le: Dim 2 Nov - 19:10 (2014)    Sujet du message: MES FICHES PSYCHO Répondre en citant

la flêche descendante ; excellente technique à mettre en pratique lors de situations où la panique, quel que soit le degré, nous gagne. Les conséquences peuvent être en effet des blocages, des attitudes inappropriées .. et leurs conséquences
Idea


Revenir en haut
Iris


Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2014
Messages: 131
Localisation: Montpellier

MessagePosté le: Mar 25 Nov - 02:50 (2014)    Sujet du message: MES FICHES PSYCHO Répondre en citant

C'est ça  Okay


Dans la sérié " ne pas s' appesantir sur une situation" surtout une déplaisante ; tristesse, douleur, énervement, mélancolie, nuages... tout passe, après la pluie, le soleil.
Je vous joins une vieille histoire, une de plus, qui prend la poussière dans mon disque dur :
Arrow

  
 
Le Roi Salomon, l’homme le plus sage de la terre, avait parmi ses serviteurs un favori. Pourquoi? Parce qu’il faisait parfaitement tout ce qu’il lui demandait de faire. Mais les autres serviteurs du palais devinrent très jaloux. Le Roi savait que la jalousie est un vilain  défaut et qu’il devait y mettre fin. Aussi décida-t-il de confier à son serviteur un travail impossible à exécuter. Quand il constaterait que le serviteur n’avait pas réussi dans sa tâche, il le convoquerait devant tous les autres et le remettrait à sa place afin que tout le monde jouisse du même traitement et qu’il n’y ait plus de jalousie dans le palais. 
 

 
 
Ainsi le Roi appela son serviteur un mois avant la pâque juive et il inventa une histoire. Il dit à son serviteur qu’on lui avait parlé d’une bague spéciale qui avait ce caractère particulier: quand on la portait dans la tristesse, on devenait heureux, et quand on la portait dans la joie, on devenait triste. Le Roi dit: “Je la veux. Peux-tu la trouver?” “T’ai-je jamais déçu?” répondit le serviteur. “Bien sûr, je peux la trouver!” 
 
“Très bien” dit le Roi. “Apporte-la moi le premier soir de Pâques.” “Pâques?” demanda le serviteur “c’est dans un mois, je peux vous l’apporter dans deux jours.” “Non, non” dit le Roi, “offre-la moi pour Pâques et donne-la moi le soir du dîner de Seder.” “Oui, mon Roi”, dit le serviteur. 
 
Celui-ci choisit des amis, les divisa en quatre groupes dont un partirait vers le Nord, un autre vers le Sud, un autre vers l’Est, un autre vers l’Ouest. Il leur dit:“allez votre chemin, arrêtez quiconque et parlez-lui de la bague. S’il sait quelque chose ou a entendu parler de quelque chose, revenez me le dire. Ainsi nous pourrons aller chercher la bague et la rapporter au Roi.” 
 

 
 
Au bout de deux ou trois jours la première mission revint mais “Nada” (bien sûr puisque le Roi avait fabriqué l’histoire de toutes pièces et qu’une telle bague n’existait pas). La seconde mission revint bredouille, de même que la troisième et la quatrième. Trois semaines s’étaient maintenant écoulées et le serviteur devint de plus en plus nerveux. Le “Seder” devant avoir lieu dans une semaine, il devait lui-même trouver la bague. Il allait de place en place, de village en village, de ville en ville, de maison en maison, de porte en porte, ne dormant plus, ne mangeant plus, posant à chacun la même question mais “Nada”. La veille du “Seder”, il revint à Jérusalem mais il avait peur de se retrouver au palais, chacun parlait de lui et disait qu’il était devenu fou. 
 

 
 
Il se retrouva par hasard dans le quartier le plus pauvre de la ville et là, au fond d’une allée, il aperçut une toute petite échoppe à l’intérieur de laquelle se trouvait un vieil homme, un joaillier. Il se dit en lui-même “si j’arrive pas à trouver la bague peut-être ce vieil homme pourrait-il la fabriquer? De toutes façons je n’ai plus rien à perdre, je vais lui poser la question.” Il entra dans la boutique et dit à l’homme: “le Roi désire une bague qui rende triste quand on est heureux et heureux quand on est triste. Peux-tu fabriquer une telle bague?” Le joaillier réfléchit une seconde et répondit: “bien sûr, c’est un jeu d’enfant.” Il prit une des bagues qui était sur la table et y grava quelque chose en hébreu. Le serviteur était un esclave et il ne savait pas lire. Il prit la bague et s’en fut. 
 

 
 
Au palais, tout le monde était au courant de l’histoire et attendait la suite avec impatience. Le Roi était présent, un grand sourire sur le visage. Le serviteur était dans un coin, priant pour que le roi ait oublié son voeu. Mais le Roi lui fit signe d’avancer. Silence. Chacun tentait de s’approcher pour mieux entendre. Le serviteur était terrifié, il vint auprès du Roi en tremblant, les yeux rivés au sol. Le Roi sourit et lui demanda: “Alors, tu as la bague?” Le serviteur était si effrayé qu’il murmura d’une voix brisée: “J’espère, mon Roi...” “Je n’entends rien” dit le Roi. “J’espère” dit le serviteur plus fort. “Tends-la moi”, dit le Roi. Le serviteur lui donna la bague d’une main tremblante. Le Roi la prit avec le même grand sourire et la mit à son doigt puis il lut ce que le vieil homme avait gravé. Son visage devint triste tout-à-coup. Quand le serviteur se rendit compte de la tristesse de son Roi, il sut qu’il avait trouvé la bague inespérée. 
 
Sur la bague étaient inscrits ces quelques mots en hébreu “Gam Ze Ya-avor”, ce qui veut dire:  
 
                                                    “Cela aussi passera”


Revenir en haut
Devon60


Hors ligne

Inscrit le: 12 Nov 2014
Messages: 47
Localisation: Monaco

MessagePosté le: Mar 25 Nov - 02:54 (2014)    Sujet du message: MES FICHES PSYCHO Répondre en citant

Certes, les ténebres, la colère, tristesse, féaux, tensions, larmes, pluie... tout ce que tu as cité passe ....... mais les bonnes choses aussi alors ...
O rage, O désespoir ... Mr. Green


Revenir en haut
Iris


Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2014
Messages: 131
Localisation: Montpellier

MessagePosté le: Mar 25 Nov - 03:01 (2014)    Sujet du message: MES FICHES PSYCHO Répondre en citant

Oui Devon .. tu peux toutefois altérer le phénomène de fuites des belles choses en mettant en place la loi de l' attraction. Je t' ai lu, et je pense que tu sais de quoi je parle. " Cela passera aussi " n' est pas une séquence fixe, régulière et binaire. Ce sont tes choix de vie, les talents de tes guides, ainsi que cette loi d ' attraction qui fait que les mauvaises choses passeront, vite, pour rapidement faire place à autre choses.
Et même si ce n' est pas permanent, avec tout cela, le ratio bonheur/ malheur devrait engendrer plus de sourires que de larmes. 
Oui, il faut y mettre un peu du sien. 


Revenir en haut
Iris


Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2014
Messages: 131
Localisation: Montpellier

MessagePosté le: Lun 8 Déc - 02:34 (2014)    Sujet du message: MES FICHES PSYCHO Répondre en citant

aaahhhh.... j' avais ça aussi !   l' image qui suit a juste peut etre besoin d' un rapide préambule : quand on parle des PECHES CAPITAUX , nous pouvons les énoncer ( encore que, on en omet toujours un ou deux ) , mais qu'y à t' il, au delà de ces pêchés ? quels sont leurs fruits... ou plutôt, leurs conséquences ? 
Est ce qu'il peut en découler des bonnes choses, ou seulement des mauvaises ? 


La réponse ; les deux, bien sûr  Arrow




Revenir en haut
Iris


Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2014
Messages: 131
Localisation: Montpellier

MessagePosté le: Mer 28 Jan - 18:07 (2015)    Sujet du message: MES FICHES PSYCHO Répondre en citant

Voulez-vous un moyen simple pour changer votre vie ? Au lieu de simplement vous en sortir, vous verrez que votre vie peut vraiment être exceptionnelle lorsque vous vous concentrez sur le positif plutôt que sur les contraintes et problèmes de votre vie quotidienne. Cette méthode pour sortir des pensées négatives en dix jours vient, à l’origine, d’un auteur de développement personnel, Emmett Fox.
Voici les règles :
  1. Si vous cassez l’une des autres règles, vous devez redémarrer depuis le début. Pour obtenir un effet maximal, vous devez faire dix jours consécutifs. Abandonner les pensées négatives est un peu comme arrêter de fumer, vous devez cesser complètement sinon vous n’avez pas réellement arrêté.
  2. Vous ne devez pas vous concentrer sur une pensée négative ou rester dans un état émotionnel négatif pendant plus de cinq minutes. Idéalement, le temps doit être beaucoup plus court. Cinq minutes suffisent largement à reconnaître ce qui se passe et à mettre un terme à cela. Si vous avez des pensées négatives pendant plus de cinq minutes, il faut recommencer le cycle de dix jours.
  3. Vous devez vous concentrer sur les solutions. Quand les pensées négatives commencent, l’idée est de commencer à élaborer directement les solutions possibles. Passez votre temps à résoudre vos problèmes au lieu de se concentrer sur eux.
  4. Si vous êtes comme la plupart des gens, vous avez probablement les mêmes difficultés de façon récurrente. Il est temps d’essayer autre chose au lieu de s’attarder ce qui sur ce qui ne va pas.
  5. Cela semble d’une simplicité enfantine, mais vous serez surpris de voir combien il est difficile de renoncer à la négativité. Nous avons tendance à penser que nous préoccuper est en quelque sorte utile. Mais vous vous êtes probablement fait du souci pour beaucoup de choses pendant longtemps et ça n’a pas amélioré la situation.
  6. Lorsque vous êtes confronté à une pensée négative, et il y en a beaucoup, la meilleure réponse est de penser à vous-même « Comment puis-je résoudre ce problème ou améliorer la situation ». L’idée de commencer immédiatement en se concentrant sur les solutions. Lorsque vous vous posez une bonne question, vous recevez de bonnes réponses.
  7. Au cours des dix jours vous allez commencer à vous forger l’habitude de reconnaître immédiatement un état mental négatif puis de vous concentrer sur des solutions. Si vous continuez le processus après que les dix jours soient terminés, vous allez développer une habitude permanente qui ne nécessite que peu de maintenance.
  8. Vous pourriez avoir besoin de plusieurs tentatives. Il est fréquent d’avoir des rechutes le premier jour puis quelques autres un peu plus tard dans le processus. Pour accomplir les dix jours, ne vous en voulez pas, ne créez pas de conflit en vous-même. N’oubliez pas vous devez vous concentrer sur les solutions.
  9. Une façon de vous aider à garder les pensées négatives à distance est de vous poser des questions positives comme celles qui suivent : Qu’est-ce qui est formidable aujourd’hui ? Qu’est-ce que j’aime le plus sur ce sujet ? De quoi suis-je le plus fier ? Qu’est-ce que je recherche le plus ?
  10. Si vous remplissez votre esprit avec des pensées positives, il n’y a pas de place pour les pensées négatives. Et puisque nous ne pouvons que penser consciemment qu’à une chose à la fois, tirer le meilleur de vos pensées est logique.

Essayez cette aventure pendant dix jours et voyez si elle change votre vie. Vous serez étonnés de voir les résultats et vous ne voudrez plus revenir en arrière. Commencez ce processus aujourd’hui et changez votre vie !

Source:


Revenir en haut
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Oct 2014
Messages: 163

MessagePosté le: Mer 28 Jan - 18:09 (2015)    Sujet du message: MES FICHES PSYCHO Répondre en citant

Iris a écrit:

Source:




alors, cette source ?  Laughing


Revenir en haut
Iris


Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2014
Messages: 131
Localisation: Montpellier

MessagePosté le: Mer 28 Jan - 18:11 (2015)    Sujet du message: MES FICHES PSYCHO Répondre en citant

pardon .....
Arrow https://pratiquesconseils.wordpress.com/2015/01/21/pensees-negatives/


Revenir en haut
Iris


Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2014
Messages: 131
Localisation: Montpellier

MessagePosté le: Lun 23 Fév - 18:03 (2015)    Sujet du message: MES FICHES PSYCHO Répondre en citant

je relance la "distillation"  Wink Arrow  : L' ENFANT INTERIEUR


Enfant interieur :
(..)au fait que nous réagissons de façon démesurée à certains évènements. Chaque fois que notre réaction est disproportionnée, on peut être sûr qu'il est en train de faire son numéro. Cela se produit à chaque fois que nos besoins guident aveuglément notre conduite, l'enfant exige qu'on s'occupe de lui. Il hurle son besoin d'attention. (…) Tout le monde abrite un enfant intérieur car nous avons, tous autant que nous sommes, perçu jadis le monde à travers les yeux d'un enfant. Et nous avons tous quelques souvenirs de ces perceptions. Cet enfant se souvient de son impuissance, de son incapacité à maîtriser le cours des choses. Il garde en mémoire d'innombrables injustices. À tout cela, il n'a de solutions qu'à court terme; il sait crier, pleurer et exiger de l'attention ou au contraire devenir passif, se recroqueviller sur lui-même réclamant que l'on vienne à son secours. Si les secours n'arrivent pas, c'est le désespoir. Un enfant intérieur en bonne santé a la certitude que l'on répondra tôt ou tard à ses besoins et il est capable de patienter avant d'obtenir satisfaction, mais nombre d'entre nous hélas n'ont pas un enfant en bonne santé
 
Cinq étapes pour le rencontrer
Il s’agit d’établir un dialogue avec l’enfant qui est en nous, et non de « jouer à l’enfant ». Les principales étapes que nous vous proposons peuvent être pratiquées seul, chez soi, mais ne remplacent en aucun cas un travail effectué avec un thérapeute. 
1. Retrouvez les postures de l’enfant
Pour prendre contact avec votre Enfant intérieur, posez vos deux mains sur votre plexus solaire, fermez les yeux, et adressez-vous à lui comme à une véritable personne. Comme il s’exprime avant tout à travers nos sensations physiques, vous pouvez essayer de retrouver les attitudes, les gestes, les postures typiques d’un enfant. 
2. Demandez pardon
Un moyen de gagner sa confiance consiste à lui demander pardon de l’avoir négligé depuis tant d’années. Vous pouvez lui parler ou lui écrire une lettre. Expliquez-lui pourquoi vous n’avez plus donné de nouvelles, racontez-lui votre vie depuis que vous avez commencé à grandir, vos bonheurs, vos malheurs, sans mentir ni travestir la réalité. 
3. Entamez le dialogue 
Il s’agit d’une véritable conversation. Posez-lui des questions simples à voix haute : « Comment vas-tu ? », « Acceptes-tu de parler avec moi ? »… Laissez venir les réponses, comme si vous jouiez une pièce de théâtre. S’il vous arrive de prendre une autre voix, plus enfantine, c’est normal. Au début, ce genre d’exercice peut dérouter, mettre mal à l’aise : c’est la preuve que vous avez du mal à accepter votre Enfant intérieur. 
4. Faites-lui dessiner ses émotions
Le dessin est l’un des moyens d’expression les plus prisés des enfants. Prenez du papier et des crayons, et demandez à votre Enfant intérieur de dessiner l’adulte que vous êtes. Utilisez votre main gauche si vous êtes droitier, l’inverse dans le cas contraire. Jour après jour, vous pouvez lui demander de dessiner différentes scènes : ce qui le met en colère ou le rend triste, comment il se voit quand il se sent seul… Puis ce qui le rend heureux, fier de lui, spontané… 
5. Soyez un Parent attentionné
Au fur et à mesure de l’évolution de votre dialogue, de votre reconnaissance de l’enfant qui vit en vous, montrez-lui que vous pouvez être un Parent aimant, qui respecte sa personnalité propre, qui sait jouer et rire avec lui, qui tient compte de ses désirs et de ses avis, et qui sait aussi imposer une discipline. Sans « jouer à l’enfant », accordez-vous, de temps en temps, des moments pour vous détendre, jouer, dessiner ou écrire ce qui vous vient à l’esprit, vous consoler, prendre soin de vous. 


Revenir en haut
Iris


Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2014
Messages: 131
Localisation: Montpellier

MessagePosté le: Lun 4 Mai - 18:20 (2015)    Sujet du message: MES FICHES PSYCHO Répondre en citant

Un petit aide pour reconnaitre les vampires d' energie. 

 
Dans toute rencontre ou échange entre humains, existent des échangent d’énergies (peur, colère, rage, tristesse, joie) et d’affects plus complexes. Le ‘vampirisme’ est plus présent, plus utilisé et surtout il ne détruit pas l’objet car le ‘vampire’  a besoin de se nourrir, le ‘vampire’  a besoin de l’énergie et des affects de la personne qu’il vampirise. 
Les ‘vampires’ ont besoin de votre énergie ou de vos affects, pas principalement les positifs comme la joie ou le plaisir, les négatifs leurs conviennent très bien, bien plus forts et plus faciles à déclencher. Ils vont provoquer en vous des sensations diffuses d’angoisse, des troubles somatiques (migraines, écœurements …), des sentiments de rejet ou de dégoût…De fait, certains ‘vampires’ utilisent les stratégies des pervers manipulateurs ils  peuvent vider leur « proie » de toute son énergie, tant sur le plan psychologique, que sur le plan somatique ; il est donc important de comprendre qui est la victime…. (
 la position de victime pouvant cacher une position ‘vampires’  et/ou de perverse narcissique)
 
Certes  il faut se méfier de ne pas faire comme avec les bourreaux/victimes, les harceleurs, les pervers narcissiques… et de les rentrer dans des classifications qui risqueraient d’être trop simplistes, voire même de les aider mais ce petit récapitulatif des principaux  ‘‘vampires’ est très illustrant…  
‘VAMPIRES’  D’ÉNERGIE : le plaintif 
• Il se plaint sans cesse. Il joue le rôle de la victime. 
• Le monde est toujours contre lui, et il est responsable de ses malheurs.
• Si vous lui offrez une solution, il réplique invariablement : « Oui… mais ».
• Il vous relate sans scrupule les détails de ses mésaventures et répète sans arrêt les mêmes jérémiades. Tout est noir, et il/elle a besoin de le faire savoir.
‘VAMPIRES’  D’ÉNERGIE : l’accusateur ou l’intimidateur 
• Il est celui qui a toujours un commentaire défavorable à émettre sur tout. 
• Il vous culpabilise insidieusement de ne pas faire les choses comme il faut. 
• Il réprimande sans cesse et va même jusqu’aux insultes en râlant avec colère, opprimant, menaçant, imposant, frappant.
• Il utilise les accusations pour vous épuiser, ne laissant aucune place à la discussion, il utilise la peur.

‘VAMPIRES’  D’ÉNERGIE : l’acteur 
• Le moindre petit incident se mue en production théâtrale. 
• Il a toujours un drame à vous faire partager : le chaos le dynamise. 
• Pour lui, issu de la loi du tout ou rien de la psychose, tout se passe dans de la dépression où la vie est à mourir, à l’extraversion maniaque, où tout devient extrême.
• Il vous questionne tout le temps, vous met en cause, en jouant, il utilise l’humour caustique et une curiosité malsaine pour trouver la faille et mieux vous rabaisser ou vous critiquer.

‘VAMPIRES’  D’ÉNERGIE : Le blasé jouant l’insensible 
• Il se renferme sur lui-même, laissant l’autre s’épuiser à le questionner et se demander ce qui ne va pas, voire à se sentir coupable.
• Il s’enfonce dans des formes dépressives pour vous pousser à investir votre énergie à le sauver. 

Ayez confiance dans ce que vous ressentez. Comme les pervers narcissique, ou  les paranos, les ‘vampires’ s’attaquent à celles et ceux qu’ils sentent faibles ou  encore, prêts à leur donner ce dont ils ont besoin.  
Point nécessaire que de vous armer de gousses d’ails ou autres Rosaires….misez sur la reconnaissance de celui ou celle qui  vous pompe vos énergies, identifier son profil et  soyez lucide, soyez forte et surtout ne lui montrez pas vos impossibles, vos impuissances, ou vos faiblesses, c’est encore vos  meilleures défenses ! 


Revenir en haut
Iris


Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2014
Messages: 131
Localisation: Montpellier

MessagePosté le: Mar 19 Mai - 18:53 (2015)    Sujet du message: MES FICHES PSYCHO Répondre en citant

Soucis d' organisation(s) ?  Arrow  Essayez la Matrice d' Eisenhower !



Lorsqu’on gère ses tâches, il est important de différencier les tâches urgentes et les tâches importantes. Deux adjectifs à ne surtout pas confondre ! Dwight David Eisenhower, 34ème Président des États-Unis, aurait un jour déclaré à ce propos : « ce qui est important est rarement urgent et ce qui est urgent rarement important. » Nous allons voir comment les tâches peuvent être gérées en se basant sur une méthode efficace qui porte son nom, la matrice d’Eisenhower. 
 
Le principe est assez simple. On considère que les tâches peuvent être urgentes et importantes, non-urgentes mais importantes, urgentes mais non-importantes, ou ni urgentes ni importantes. Distinguer ces 4 types de tâches est essentiel. La matrice d’Eisenhower permet de classer ses différentes tâches pour mieux les prioriser. Elle comprend 4 zones, l’idée est de répertorier les tâches selon leur importance et leur urgence au sein de cette matrice. 
 
 
 
 
 


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:27 (2017)    Sujet du message: MES FICHES PSYCHO

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    QUI CONSULTER ? - Forum bien-être - Index du Forum -> voyance, thérapies, psychologie, que choisir ? -> CLIQUEZ ICI => Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2, 3, 4  >
Page 1 sur 4

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com